Grèce : la police publie des photos retouchées de détenus torturés,par Okeanos

Grèce : la police publie des photos retouchées de détenus torturés

http://www.okeanews.fr/grece-la-police-publie-des-photos-retouchees-de-detenus-tortures/#

La police a diffusé les photos de 4 suspects arrêtés après un double vol à main armée. Deux Grecs avaient été arrêtés pour avoir participé à des hold-up dans des banques près de Kozani, une ville du nord-ouest de la Grèce, et sont soupçonnés d’appartenance à un groupe extrémiste, a annoncé samedi le directeur de la police locale.

Les deux suspects, âgés respectivement de 22 et de 25 ans, étaient recherchés par la police antiterroriste pour leurs liens présumés avec le groupe anarchiste la Conspiration des Cellules de feu, qui figure sur la liste noire des organisations terroristes internationales établie par les États-Unis, a dit une source policière.

Ils ont été arrêtés vendredi avec deux autres personnes pour avoir pris part à des hold-up dans deux banques de la commune de Velvedos, près de Kozani, selon un communiqué de la police. Dans leur véhicule, les policiers ont découvert deux fusils d’assaut kalachnikov, un pistolet Scorpion et trois autres revolvers, d’après cette même source.

Hier, samedi, la police a diffusé les photos des 4 détenus sur le site officiel de la police (le lien peut ne pas fonctionner ou avoir été supprimé par les forces de l’ordre).

Ces photos montrent clairement que les détenus ont subi des mauvais traitements :

Photo pendant et après l’arrestation (source) :

Détenu 3

La police a également retouché certaines photos, dont la plus flagrante est celle-ci :

Détenu2Retouche

 

Il est clair que cette photo a été retouchée grossièrement. La question est de savoir ce qui a été masqué durant cette retouche. Selon plusieurs site grecs, « la police aurait indiqué avoir procédé à ces retouches car le suspect refusait de relever la tête pour la photo. La retouche a dont été faite pour masquer la main du policier »

Autre exemple, en comparant ces 2 photos :

La police a indiqué que « les détenus ont été battus car ils ont résisté ».

Hier soir, on pouvait voir dans les informations de la chaîne Mega la diffusion des photos sans aucune mention de leur modification .

« Il n’y a eu aucune bousculade, ce que la police dit est un mensonge. Ils l’ont emmené à la sécurité, l’ont enfermé dans une pièce, les mains dans le dos avec des menottes, ils l’ont mis sur ses genoux, avec une cagoule sur la tête et ils l’ont battu pendant des heures. Pas pour un interrogatoire, mais pour la torture » aurait indiqué le père de Dimitris Bouroukos, un des suspect, après une brève rencontre avec son fils. Il aurait ajouté : « J’ai parlé avec la mère d’un des autres et elle m’a dit que l’épaule de son fils a été disloquéé ». Il aurait exigé un examen médical pour son fils.

Le site contra info semble le confirmer :

(…)Andreas-Dimitris Bourzoukos a été menotté à une chaise pendant toute la durée de la visite.

Il nous a informé que, alors qu’il était menotté les mains derrière le dos dans les cellules de détention de Kozani, les flics lui ont mis une cagoule sur le visage, l’ont forcé à s’agenouiller et l’ont battu pendant environ quatre heures sur sa tête, son visage et son estomac, et quelques-uns de ses cheveux ont été arrachés. Cela s’est passé sans aucune résistance de sa part. Il va sans dire que les flics l’ont aussi menacé tout le temps et l’ont insulté de la manière la plus vulgaire.

Les conséquences des tortures ont été les suivantes : sang dans les urines, de graves vertiges, des maux de tête, des oedèmes sur tout son visage, des hématomes sur les deux yeux, ainsi que des contusions et des ecchymoses partout sur son corps.

Ses parents affirment que son visage était méconnaissable et que sa voix était modifiée à cause des coups à la mâchoire.

Pendant ces trois jours, il a été seulement autorisé à boire de l’eau en bouteille, tandis que leurs parents n’avaient pas le droit de leur donner des aliments de base emballés ni des jus de fruits.

(…)

Pantelia Vergopoulou, la mère d’Andreas-Dimitris Bourzoukos, dénonce sans équivoque la torture contre les quatre suspects :

«Les mécanismes de poursuite en Grèce respectent les normes liées à la torture dans les prisons de Guantanamo. Mon fils, tout comme les trois autres personnes arrêtées, n’a pas été traité comme n’importe quel autre accusé d’infractions, mais avec une haine particulière parce qu’il est un anarchiste. Dans le même temps, leurs bourreaux se cachent derrière des cagoules et demeurent intouchables.

Jusqu’à quand?

[…] Enfin, étant moi-même un médecin, spécialisé dans la médecine pré-hospitalière d’urgence, je déclare que les premières heures qui suivent les traumatismes sont essentielles pour les lésions cérébrales et les lésions potentielles supplémentaires. La nécessité d’un examen immédiat et des soins hospitaliers se réfère à toutes les personnes arrêtées qui ont été maltraités.

Je tiens ceux qui sont en charge de l’affaire principalement responsable de tout dommage qui pourrait être causé.

Après les tortures infligées en automne dernier à des militants anti-fasciste, les raids de la police dans les squats ou les espaces auto-gérés et quelques jours après l’annonce de l’ONU sur les conditions de détentions désastreuses en Grèce il semble que la torture revienne sur le devant de la scène.

Et manifestement, cela ne pose aucun problème, ni à la police, ni aux grandes chaînes de télévision, de publier des photos trafiquées de suspects torturés : une méthode qui ressemble à celles pratiquées par la junte militaire et par les dictatures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s