L’Union des Médecins Hospitaliers d’Athènes aux policiers : arrêtez la répression brutale !

 

19-09-2013 Déclaration du comité de H. G. Tzanio de cinq membres de l’Union des Médecins Hospitaliers d’Athènes et du Pirée

 keratsini-dakrygona1379590875

 

En  tant que médecins de l’hôpital général Tzaneio, nous exprimons notre vive préoccupation alors que, hier soir 18/09/13, après les protestations contre le meurtre du jeune Fyssas Pavlos par un membre de l’Aube Dorée, 31 manifestants ont été admis au département chirurgical, tous présentaient des coups sur la tête. Les blessés ont signalé avoir reçu des coups avec des matraques, des casques, des boucliers donnés par des membres de Delta et Dias. Des rapports indiquent que des pierres furent jetées, en visant les têtes des manifestants, depuis l’endroit où se trouvait la police par des membres de l’Aube Dorée. Un des blessés, après avoir été opéré, est hospitalisé à l’hôpital ophtalmologique après une rupture du globe occulaire provoquée par une bombe assourdissante. Il a déclaré avoir été directement visé sur la tête et court le danger de perdre la vision de l’oeil. Nous demandons vivement l’arrêt immédiat de l’intensification de la politique étatique et de la répression paramilitaire afin d’éviter d’autres victimes.
H.G. Tzanio comité de cinq membres de l’Union des Médecins Hospitaliers d’Athènes et du Pirée