Section de SYRIZA à Paris : Message de solidarité à la République Bolivarienne de Venezuela

 

1364364809-nicolas-maduro-campaigns-for-presidency-of-venezuela_1911689

 

Depuis quelques jours, nous assistons à une tentative de crescendo de violence, menée par des groupes extrémistes de droite opposés à la République bolivarienne du Venezuela.

Ainsi, nous constatons que, alors que le processus  de la révolution bolivarienne entamé il y a 14 ans se réalise dans des conditions qui respectent la démocratie et la paix, et ce malgré la tentative du coup d’état de 2002, les partisans du retour en arrière et nostalgiques de la dépendance impérialiste n’ont toujours pas déposé les armes.

Depuis la prise de pouvoir du peuple vénézuelien en 1998, les ennemis de la démocratie continuent sans répit leurs machinations pour revenir à la tête du pays. C’étaient déjà eux, les industriels, les marchands de médias, qui, en falsifiant les faits réels, avaient désigné Chavez comme responsable des événements sanglants survenus pendant les manifestations d’avril 2002. Ce sont encore eux qui aujourd’hui créent une atmosphère de crise avec le soutien de quelques oligarques de l’information, et diffusent des images fausses manipulant et tronquant les faits pour les faire cadrer avec leur propagande. Et de nous montrer des  vénézueliens insurgés contre le gouvernement et les forces de police réprimant par la violence un soulèvement collectif !

Les États Unis n’ont pas tardé à dénoncer les actes « antidémocratiques » du gouvernement de Maduro, en intervenant une fois de plus, et de façon tout aussi illégitime, dans la politique intérieure vénézuelienne.

En Grèce, une partie de la presse a qualifié N. Maduro de « dictateur ». Il est toutefois lieu de se demander quels régimes dictatoriaux ont eu recours aux urnes et sont sortis vainqueurs à 14 reprises pendant le même nombre d’années au pouvoir. Mais les «perroquets» obstinés de certaines chaînes de la télévision préfèrent propager les rumeurs sur les victimes de la répression policière du Venezuela et du «durcissement de la position» de son gouvernement.

Mais nous savons distinguer la vérité. C’est le peuple vénézuelien qui est descendu en masse dansles rues de Caracas le 15 février, pendant que le président Maduro scandait que la paix se construitavec la bataille des idées et non pas avec les armes.

La section de SYRIZA à Paris exprime sa confiance et sa solidarité avec la voie progressiste démocratique et socialiste ouverte par le peuple vénézuelien.

Nous unissons notre voix à celle des peuples de l’Amérique Latine pour la victoire de la démocratie, de la paix et du progrès.

La révolution bolivarienne doit continuer son chemin et servir comme exemple aux peuples de l’Europe. Le grand héritage de Hugo Chavez est la réussite d’une révolution pacifique, la confirmation de la possibilité d’un autre monde.

Le chemin tracé par le peuple du Venezuela, celui de la dignité et du pouvoir du peuple, sera –nous l’espérons – bientôt emprunté par le peuple grec. La Grèce n’est peut-être pas le Venezuela,mais les deux pays partagent des expériences communes. Et nous savons que le chemin vers le socialisme n’est pas facile et nous serons aussi victimes de la même désinformation dirigée par les

oligarques qui tiennent leur pouvoir aux dépens du peuple.

C’est pour cela que nous soutenons de toutes nos forces la juste lutte du peuple du Venezuela et du président socialiste Nicolas Maduro.

1795930_669851886394532_1040998204_o