Un mandat d’arrêt international contre Dmitry Yarosh (Praviy sektor/EuroMaïdan) pour incitation au «terrorisme»

Dmitry Yarosh responsable du groupe néonazi Praviy sektor, groupe « d’auto-défense » responsable des violences de EuroMaïdan à Kiev,

 
 
Un mandat d'arrêt international contre Dmitry Yarosh (Praviy sektor/EuroMaïdan) pour incitation au «terrorisme»
 
La Russie vient de réclamer un mandat d’arrêt international contre le chef du groupe extrémiste Praviy Sektor (secteur droit), Dmitry Yaroch. Il est accusé d’avoir appelé à des activités terroristes et extrémistes, contre la Russie. Ce sont ces gens-là que soutiennent les Occidentaux. 

Les enquêteurs pensent que le leader est en train de faire appel à toutes les forces anti-russes du pays pour déclencher des actes de terrorisme à la frontière et sur le territoire russe. Les enquêteurs ont décidé de placer une motion à la cour pour arrêter Yarosh. Si cela ne suffit pas, ils placeront un mandat d’arrêt international sur sa tête. 

Le leader de EuroMaïdan a exhorté chef de guerre tchétchène Dokou Oumarov d’aider à lutter contre « l’occupation russe en Ukraine », en tentant de créer un front entre Ukrainiens et les habitants du Nord-Caucase de la Russie au nom du « sang versé. » 

Oumarov, le chef d’un groupe radical islamique sécessionniste dans le Caucase du Nord, a revendiqué la responsabilité de plusieurs attentats terroristes en Russie et, plus récemment, menacé d’attaquer les Jeux olympiques d’hiver à Sotchi. 

 
Praviy Sektor l’ossature centrale des forces d’assaut de EuroMaïdan 

Praviy Sektor est un groupe de militants nationalistes, rattachés à des mouvances d’extrême droite, qui est au cœur des violences qui font rage en Ukraine. «Ce sont des gens de tout âge, soit russophones, soit ukrainophones, qui viennent de toutes les régions d’Ukraine, Est ou Ouest, et qui se revendiquent nationalistes. Beaucoup sont affiliés à l’extrême droite, mais pas au parti nationaliste Svoboda, qu’ils trouvent trop mou». 

Le groupe est né sur EuroMaidan, en devenant un des organes de sécurité du campement des partisans de EuroMaïdan. 

Le style de ses membres et leurs symboles sont nettement visibles. Ainsi ils utilisent des symboles néonazis comme la croix celtique, les chiffres 14 et 88. La croix celtique a depuis longtemps été adoptée comme symbole par l’extrême droite. Le chiffre 14 fait, quant à lui, référence aux «quatorze mots», phrase symbole appelant à l’unité des Blancs, et 88 aux deux «h» de «heil Hitler». Encore plus visibles, omniprésents chez les partisans de EuroMaïdan, les drapeaux rouge et noir, qui n’ont rien à voir avec l’anarcho-syndicalisme, mais sont les couleurs du Congrès des nationalistes ukrainiens (une organisation collaborationniste ukrainienne). 

C’est un mouvement autonome. Ce qu’ils souhaitent? Une révolution nationaliste. «Pravyi sektor est une organisation nationaliste qui participe à la révolution activement, explique un autre de ses membres. Nous pensons que ce régime à la tête du pays est un régime d’occupation, c’est pourquoi nous nous battons pour la mise en place d’un gouvernement nationaliste, un gouvernement libre et nationaliste, sans la mafia au pouvoir.» 

Praviy Sektor en image