Pourquoi la gauche? Pourquoi maintenant? Par Ilias Kyriakidis

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Candidat sur la liste Front de Gauche pour les élections consulaires

Un fantôme plane sur l’Europe : La peur de la répétition de l’expérience « réussie » grecque sur d’autres peuples européens et l’imposition de la crise économique et humanitaire sous prétexte de sauver les marchés et l’économie.

 Les Grecs souffrent depuis plus de quatre ans d’une crise qu’ils n’ont pas créée et dont ils ne sont pas responsables. Ils subissent une austérité totalement inhumaine. La Troïka bruxelloise gouvernée par les salons du Nord riche, l’Allemagne hégémonique de Merkel aidée des lobbies des banquiers et des grands entrepreneurs ont imposé de lourdes mesures aux Grecs en les transformant en citoyens de deuxième catégorie.

Ce sont ces technocrates qui conduisent la CEE à toute vitesse sur le rocher de la Crise.

Ce sont eux-mêmes qui éloignent l’Europe en la dirigeant loin des idées d’humanisme, d’égalité et de justice sociale.

Aujourd’hui, il est impératif que le peuple européen accueille avec enthousiasme la vision de la gauche européenne et la candidature du président de Syriza, Alexis Tsipras, pour la présidence de la commission européenne.

Parce que je pense que c’est la gauche la seule force capable de renverser le plan du directoire Bruxelles/Francfort qui, fidèle au merkelisme, redistribue revenus et pouvoirs à une minorité et la peur à la majorité.

Le front néo-libéral des « démocrates », des sociaux démocrates et de la droite libérale s’efforcent de démonter les droits des peuples européens qui ont durement lutté pour les acquérir. Ils imposent de lourdes politiques d’austérité avec comme arme la répression et la peur.

Dans cet univers, poussent aussi d’autres fleurs du mal : discrimination raciale, xénophobie, montée de l’extrême droite, résurgence des partis fascistes et nazis.

On ne veut pas de cette Europe !

La gauche européenne, ensemble avec les peuples de l’Union, se battent pour reconstruire une Europe où va régner la justice sociale, la solidarité, le travail pour tous, l’équilibre écologique et la paix.

Nous, la gauche européenne, nous revendiquons une nouvelle architecture de l’Euro, nous faisons pression pour une nouvelle charte de droits qui obligerait tous les états-membres à respecter les droits fondamentaux des citoyens.

Le 25 mai, le peuple grec votera trois fois : pour les élections municipales, les départementales et les européennes. En votant Syriza-Gauche européenne, il aura l’opportunité d’inverser la situation, de faire table rase du passé, d’éliminer l’entrecroisement des banques et du pouvoir politique, de reconstruire la démocratie et de redistribuer les revenus et la richesse.

Le 25 mai, les citoyens français  résidant en Grèce voteront deux fois : pour les élections européennes et pour les élections consulaires. En votant massivement pour le front de gauche et pour la liste Tsipras pour la présidence de la commission, nous revendiquons la dignité et la justice. Nous nous battons pour la liberté et l’égalité des peuples, pour une Europe vraiment socialiste.

Il faut aujourd’hui chasser la peur qui plane sur l’Europe.

Front de Gauche Michèle Parravicini

Elections consulaires Grèce 25 mai 2014