Grèce : La censure, ici et maintenant.

 

Jusqu’où ira le gouvernement Samaras ?

Par une Décision Ministérielle signée par le Ministre de l’Intérieur, S. Kedikoglou, toute publication qui peut être qualifiée de «politique», par le gouvernement, sera interdite.

Ce nouveau palier de l’autoritarisme du gouvernement grec a été franchi en raison d’une affiche préparée par l’Association des Pharmaciens d’Athènes pour dénoncer les nouvelles mesures gouvernementales qui frappent leur profession. 983668_10202766339712144_3753004485899791871_n

Face au risque de voir l’affiche exposée aux vitrines de 11000 pharmacies grecques, le gouvernement n’a pas trouvé meilleure réponse que la censure. Parce qu’il a jugé « politiques » l’affiche et les spots radiophoniques accompagnant la campagne d’information des pharmaciens sur les enjeux des nouvelles mesures, le Ministre de l’Intérieur les a interdits comme non conformes à la période préélectorale, confondant la sauvegarde du système démocratique et celui de son parti.

Et il est vrai qu’à l’heure où le Ministre de la Santé, A. Georgiadis, avec la complicité des médias, ne cesse de répéter aux Grecs que les prix des médicaments baissent alors même que leurs dépenses de santé ne font qu’augmenter – au point de les contraindre à renoncer à leur thérapie – ,l’information des pharmaciens constitue un véritable danger politique pour la coalition gouvernementale, juste avant les élection européennes et les élections régionales.

Le parti de SYRIZA a demandé immédiatement le retrait de la décision ministérielle qui interdit la diffusion des déclarations des institutions syndicalistes et sociales pendant la période préélectorale en dénonçant une nouvelle forme de censure.

« Il s’agit d’une tentative de suppression du dialogue public et de la liberté d’expression. C’est une nouvelle démonstration de l’autoritarisme gouvernemental et de la panique du Premier Ministre face à sa prochaine défaite électorale ».

Sources : avgi.gr, left..gr

Vassiliki Papadaki