SYRIZA: Retrait immédiat du scandaleux projet de loi sur la privatisation des plages du pays.

vai-beach

 » Le projet de loi prévoit notamment la légalisation, contraire à la constitution, de toutes sortes de constructions arbitraires et de transgressions, puisque provenant d’entreprises, le remblaiement de la mer, la clôture des plages par des exploitations commerciales (chaises longues, bars, terrains de sport, …) et ouvre la voie à la possibilité de vente du bord de mer via le ΤΑΙΠΕΔ(Fond de valorisation du patrimoine privé de l’état). Il s’agit du coup de grâce donné aux plages et au rivages grecs déjà en situation problématique », souligne dans un communiqué  la section Ecologie de SYRIZA.

RETRAIT IMMEDIAT DU PROJET DE LOI DE DESTRUCTION ET DE PRIVATISATION DES PLAGES DU PAYS.

Le projet de loi au titre dilatoire « Délimitation, gestion et protection du bord de mer et de la plage » déposé par le protecteur des grands intérêts nationaux et multinationaux et ministre des Finances , M. Stournaras:

-annule la législation jusque-là nationale et communautaire concernant le bord de mer et les étendues riveraines du bord des lacs

-engendre une perturbation sans précédent des écosystèmes côtiers et marins

-favorise la destruction totale et irréversible du paysage côtier grec unique

-hypothèque à long terme le tourisme

-abolit le droit des citoyens là l’accès au littoral

-favorise la privatisation du littoral

-dédaigne le rôle des collectivités locales dans la gestion du littoral

Le projet de loi prévoit notamment la légalisation, contraire à la constitution, de toutes sortes de constructions arbitraires et de transgressions, puisque provenant d’entreprises, le remblaiement de la mer, la clôture des plages par des exploitations commerciales (chaises longues, bars, terrains de sport, …) et ouvre la voie à la possibilité de vente du bord de mer via le ΤΑΙΠΕΔ(Fond de valorisation du patrimoine privé de l’état). Il s’agit du coup de grâce donné aux plages et au rivages grecs déjà en situation problématique.

Nous considérons comme impératif un programme de réhabilitation de la ligne côtière et du littoral qui rejette l’arbitraire et pas qui le légalise, qui protège les zones côtières et riveraines. L’exemple des autres pays méditerranéens (Espagne), qui, puisque leurs côtes ont été détruites, s’efforcent maintenant de les libérer du ciment , n’atteint pas les ankyloses néolibérales des mémorandums.

Constatant l’énorme menace écologique, économique, culturelle et sociale qu’implique ce projet de loi, nous appelons à le retirer immédiatement. Nous déclarons que nous lutterons par tous les moyens afin que les arrangements catastrophiques qu’il prévoit ne se réalisent pas. Nous exigeons la préservation du bien public et le libre accès de tous les citoyens au littoral et aux plages du pays.

http://left.gr/news/syriza-na-aposyrthei-amesa-skandalodes-nomoshedio-idiotikopoiisis-ton-paralion-tis-horas#sthash.wSp1VeWz.dpuf

Traduction Frédérique Bouvier