Avec SYRIZA à la Fête de l’Humanité, du 12 au 14 Septembre 2014

P1100030La Grèce a été le premier pays de l’Union européenne à servir de cobaye pour l’application d’une stratégie d’austérité économique extrême et de destruction des institutions démocratiques et sociales.

Les effets de la crise capitaliste latente d’hyper accumulation ont produit des résultats politiques totalement différents dans les États européens avec cependant, comme élément commun, l’explosion du mécontentement populaire. Mais tandis qu’en France ou en Grande Bretagne le mécontentement populaire s’exprime par des formations politiques d’extrême droite, en Grèce et en Espagne, la bataille pour la représentation des classes populaires est gagnée par les forces de la gauche radicale et en mouvement.

C’est dans ce contexte que s’inscrit notamment la victoire électorale de SYRIZA aux élections européennes du 25 mai. La montée de SYRIZA est la conséquence de sa connexion avec les luttes populaires qui ont atteint un point culminant en 2011 avec le mouvement grec des indignés et avec son analyse sur la nature et la dimension internationale de la crise. Elle est également liée à la capacité de SYRIZA d’exprimer l’attente populaire d’un renversement radical du système politique et de l’abolition des mémorandums. Enfin, elle est liée à ses efforts de constituer une nouvelle coalition unitaire de pouvoir de gauche, capable de revendiquer le gouvernement.

Mais aujourd’hui, les luttes syndicales et des mouvements sociaux en Grèce connaissent une période de répit. Les raisons sont nombreuses. L’accablement après quatre ans de politique d’austérité extrême ainsi que la déception d’avoir vu SYRIZA perdre de si peu de votes près la première place aux élections de juin 2012 ont affaibli la mobilisation d’une certaine partie des classes populaires mobilisées. avec bien sûr des exceptions fortes, comme la lutte contre les mines à Skouriès et celle des femmes de ménages licenciées.

De l’explosion sociale au changement politique

Devant le désastre économique et social et l’intransigeance des gouvernements des mémorandums, les classes dominées optent pour un changement politique radical dans le gouvernement du pays. SYRIZA est appelé à raviver les attentes populaires et à restaurer la confiance des gens en la possibilité d’un avenir meilleur.

Chaque jour où le gouvernement du mémorandum demeure au pouvoir, les attaques sociales contre les salaires, contre les droits du travail, contre la prestation sociale, à travers le système fiscal, s’aggraveront. Après le démantèlement du service public de l’énergie électrique, le gouvernement a préparé la liquidation des bords de mer, a fait voter un ensemble de mesures pro-mémorandum. Actuellement, il prépare de nouvelles baisses des retraites et des pensions, et discute de la libéralisation totale des licenciements, mais aussi de l’abolition effective du droit de grève. Face à ces nouvelles menaces pour la majorité sociale, le besoin se fait urgent d’un recours immédiat au verdict populaire, qui apportera le grand changement politique.

SYRIZA doit faire valoir chaque possibilité constitutionnelle et institutionnelle qui lui est offerte, pour faire tomber ce gouvernement de destruction et d’appauvrissement. Ceci est son obligation politique envers les classes populaires qu’il veut représenter et qu’il représente – c’est à dire les travailleurs du secteur public et du secteur privé, les chômeurs, les retraités, les travailleurs indépendants et les petits entrepreneurs, la jeunesse.

Nous savons bien que dans la vie rien n’est offert, tout se conquiert

Syriza connaît ses forces : son programme de rupture avec la Troïka et les mémorandums et le soutien permanent du peuple grec et celui des forces progressives et populaires de toute l’Europe.

Car la crise a démontré qu’à notre époque les grands problèmes dépassent l’échelle de l’Etat-nation. La gestion de la crise économique et la croissance, la gestion des flux migratoires, le changement climatique, la réduction de la biodiversité, la stabilité des écosystèmes et la sécurité alimentaire, l’ensemble de ces problèmes ne peuvent pas être gérés efficacement à l’échelle nationale. Des questions importantes, d’ordre national en apparence, se révèlent européennes, voire mondiales – et inversement.
Pour la gauche, les luttes sociales ne peuvent être qu’internationales !
A l’échelle européenne, il est urgent que nous menions des luttes efficaces, luttes de classe, sociales et politiques, luttes anti-impérialistes pour changer les rapports de force et les politiques néolibérales exercées.
L’Europe doit tourner à gauche !

Avec SYRIZA à la Fête de l’Humanité, du 12 au 14 Septembre 2014 à la Courneuve- Parc de La Courneuve,au croisement de l’ avenue Che Guevara et de l’ avenue Hugo Chávez , au Village du monde.

plan fete
Venez nombreux à notre stand  ,participer aux debats proposés, rencontrer et discuter avec des élus et camarades venus de Grèce ainsi que les militants de SYRIZA – Paris qui nous apporteront les témoignages sur le peuple grec qui résiste !

Cette année au stand de Syriza restauration et buvette grecque : l’Huma est aussi une fête et une occasion de converger des luttes des peuples.

« Un deux trois

Notre destin commun nul ne nous le dira

Trois deux un

Du destin du soleil nous serons les devins. « (O. Elytis)*

 

Voici une liste des  débats auxquels participe un représentant de SYRIZA ; Bientôt nous serons en mesure d’enrichir la liste.

Liste des débats auxquels participe SYRIZA

 

 

Une réflexion sur “Avec SYRIZA à la Fête de l’Humanité, du 12 au 14 Septembre 2014

  1. Pingback: La nouvelle émigration et la précarité en Europe | SYRIZA PARIS / FRANCE

Les commentaires sont fermés.