BALTAKOS DONNAIT LA LIGNE, LES MEMBRES D’AUBE DOREE LA SUIVAIENT.

 

samaras

Des révélations embarrassantes pour le parti de l’extrême droite mais aussi pour A. Samaras

Deux révélations importantes sur la proximité et la collaboration entre Nouvelle­Démocratie et Aube­Dorée, mais aussi sur l’information immédiate du chef du groupe néo­nazi, quelques minutes à peine après l’assassinat de Pavlos Fyssas, reviennent à la lumière de l’actualité aujourd’hui,un an

après l’exécution du chanteur anti­fasciste par le membre d’Aube­Dorée G.Roupakias.

BALTAKOS DONNAIT LA LIGNE, LES MEMBRES D’AUBE DOREE LA SUIVAIENT.

Selon le Journal des Rédacteurs, pour le vote au Parlement des projets de loi critiques, le confident jusqu’alors du Premier Ministre,Takis Baltakos, dictait les règles de conduite des membres de l’Aube Dorée.

L’ex­secrétaire général du gouvernement et premier conseiller d’ A.Samaras, Takis Baltakos par des messages qu’il envoyait à Ilias Kassidiari ou par ses visites dans les locaux d’Aube­Dorée au Parlement, donnait des ordres concernant le vote aux membres de l’Aube­Dorée.

Les éléments qui apparaissent à la lumière de l’actualité découvrent son rôle – directives aux membres d’Aube­Dorée­ – sur les divisions de la majorité du gouvernement de coalition au moment du vote.

En outre, T. Baltakos encourageait les provocations des députés de l’Aube­Dorée, au sein du parlement.

Le message qu’envoie un proche collaborateur de Kassidiari, nommé Zoumpos, au porte-parole de l’ Aube­Dorée, pour l’informer des instructions de Baltakos, est très révélateur: « Baltakos m’a informé que demain à midi, nous devrons être présents à la Commission sur les Drogues pour le vote des articles 62 et 83 de Roupakiotis. Le vote aura lieu à main levée. Il me parla également de « l’amendement des 85″, déposé à propos du projet concernant les Ecoles Militaires, pour Jeudi. Je lui répondis que nous étions au courant ».

On rappelle que les articles 62 et 83 ont été rajoutés au projet de loi par A. Roupakiotis et – malgré leur amendement un peu plus tard – ont été rejetés par les députés de la Nouvelle Démocratie et, naturellement, par les députés de l’Aube­Dorée mais aussi par ceux de l’autre parti de la droite, des Grecs Independants.

MICHALOLIAKOS SAVAIT TOUT SUR L’ASSASSINAT DE P.FYSSAS.

Un reportage du journal « Ethnos » révèle également que le leader de l’Aube Dorée, N.Michaloliakos, savait dès le début que le meurtre de Pavlos Fyssas était commis par des hommes de son parti, comme il en ressort de ses échanges téléphoniques avec G. Lagos.

Le contenu des communications révélées, »grille » la direction de l’Aube-Dorée, ses députés et les membres de sa milice.

Selon le reportage, à partir du moment où l’anti­fasciste Pavlos Fyssas est repéré par un membre de l’Aube­Dorée dans une cafétéria où il suivait un match de football, les échanges téléphoniques se multiplièrent entre des membres d’Aube-Dorée,en suivant la voie hiérarchique.

Un silence radio règne à l’heure du crime, et un peu plus tard, G.Lagos en informe N. Michaloliakos, qui avait par ailleurs envoyé un message – deux minutes avant – au député du Pirée et maintenant en prison, Lagos. Leur conversation dure 45 secondes, suffisamment pour que le leader d’Aube­Dorée ait entendu ce qui était arrivé à Keratsini.

La série d’appels dans leur intégralité est révélatrice de ce qui est arrivé dans la nuit du 18 Septembre à Keratsini, et démontrent que plus de 25 personnes communiquèrent avec leurs mobiles avant et après le meurtre de Pavlos Fyssas.

source: http://www.avgi.gr/article/4063117/ntokoumenta-o-mpaltakos-koinobouleutikos-arxigos-tis-x-a-o-mixaloliakos-ta-ixere-ola-gia-ti-dolofonia-fussa

Traduction « Ptodorakis »