Communiqué de SYRIZA : Sur l’évolution de la situation à Kobané

 

 

0bfc0ce99892772fc285e10ee3943d9a_L

Alors que s’intensifient les combats meurtriers menés par les djihadistes du groupe « État islamique» pour conquérir Kobané, ville du nord de la Syrie habitée par des Kurdes, des musulmans, et des chrétiens arabes, SYRIZA dénonce l’hypocrisie d’une partie de la communauté internationale.

Car si la création, le soutien, le financement, l’armement et l’entraînement des extrémistes islamistes par certains cercles de l’Arabie Saoudite, de la Turquie, du Qatar, des USA, et de quelques pays européens dans l’intention de limiter l’influence de l’Iran dans la région sont actuellement des faits avérés, leurs auteurs n’expriment ni remords ni repentir.

Et pourtant, au même moment, des minorités nationales et religieuses en Syrie autant qu’en Irak sont en train de subir un inadmissible pogrom par les forces de l’ État islamique.

L’absence ostensible d’un projet concret et efficace d’aide humanitaire formé par la communauté internationale qui aurait pourtant pu créer des zones de sécurité sous l’égide de l’ONU pour les centaines de milliers de réfugiés, kurdes dans leur plus grande majorité, précipite la ville de Kobané dans les affres du désespoir et la menace de l’obscurantisme.

Le gouvernement grec, au lieu de rester confiné dans son rôle habituel de serre-file et d’allié inconditionnel, devrait intervenir en prenant des initiatives importantes dans le cadre humanitaire pour l’envoi par l’ U.E. de médicaments et d’autres produits de première nécessité pour les victimes de cette nouvelle tragédie.

En même temps, il faudrait faire pression sur l’U.E. et l’O.N.U pour faire adopter des mesures assurant l’insertion des réfugiés syriens, avant que la Méditerranée ne devienne un immense sépulcre marin.

SYRIZA persistera à appliquer les grands principes politiques, en encourageant la stabilité et la solidarité entre les peuples et les pouvoirs de la région, la cessation des hostilités, et en insistant sur le caractère inviolable des frontières. Dans le même temps, il soutiendra de toutes ses forces toute initiative pour fournir une aide humanitaire dans cette région dévastée.

A l’heure qu’il est, ce retard à sauver les vies et les foyers de la population civile dans l’embrasement qui a pris cette région fait planer un doute sur l’efficacité d’organismes internationaux qui prétendent protéger la démocratie et le droit des peuples. Quelle hypocrisie débordante ! Le rôle soi-disant humanitaire des forces militaires déployées dans la région se révèle clairement quand se tissent au prix du sang et d’infinies douleurs de nouvelles frontières dans la toile des réseaux du pétrole et du gaz naturel, dans le morcellement géographique des états, et dans le sacrifice de centaines de milliers d’hommes.
– Pour plus d’informations: http://left.gr/news/o-syriza-gia-tis-exelixeis-stin-v-syria-kai-ti-maziki-fygi-prosfygon#sthash.URUPmllN.dpuf

Traduction : Vassiliki Papadaki