En Grèce 3,9 millions de personnes menacées de pauvreté et d’exclusion sociale

 

 

 

Selon l’enquête d’ELSTAT (Autorité hellénique des statistiques) pour 2013 (situation de 2012), 3.903.800 citoyens se trouvent dans cette catégorie contre 3.795.100 un an plus tôt. C’est le deuxième plus mauvais score derrière la Bulgarie (48%) et avec Chypre dont le pourcentage citoyens menacés de pauvreté n’est que de 14,7%.

Le pourcentage de citoyens menacés de pauvreté et d’exclusion sociale est passé de 35,7% à 34,6% un an auparavant.


20% des Grecs les plus riches ont un revenu 6,6 fois plus élevé que celui des 20% de nos concitoyens les plus pauvres, selon ELSTAT (Autorité hellénique des statistiques).

Le problème de l’inégalité est resté inchangé en 2013, mais c’est la plus grande au niveau européen avec la Bulgarie.

Suivent, avec un écart entre riches et pauvres de 6.3, la Lettonie et l’Espagne, tandis qu’en Norvège, l’inégalité est seulement de 3,3.

Le … seuil de pauvreté est établi à 5023€ de revenu annuel pour un célibataire et à 10 547€ pour une famille de quatre personnes.

Sur la base de ces données, 23,1% de la population vit dans la pauvreté. On parle de 892 763 ménages avec 2,5 millions de membres.

Dans les familles monoparentales la pauvreté atteint 37%, tandis que les enfants vivant dans des familles pauvres représentent 28,8% du total.

De quoi sont privés les Grecs pendant la crise

ELSTAT (Autorité hellénique des statistiques) a communiqué les indicateurs des conditions de vie de la population du pays qui résultent des données de l’enquête d’échantillonnage sur le revenu et les conditions de vie des ménages de l’année 2013.

A. Constatations principales

De l’étude des indicateurs des les conditions de vie de la population du pays il résulte que la privation de biens et de services de base (difficulté à satisfaire des besoins économiques imprévus, impossibilité de couvrir les frais d’une semaine de vacances par an, impossibilité de pouvoir se nourrir au moins un jour sur deux de poulet, de viande ou de poisson, impossibilité de payer pour chauffer correctement la maison, manque des biens de base tels que lave-linge, TV couleur, téléphone ou voiture, impossibilité de rembourser les prêts ou d’acheter à crédit, difficultés à régler les factures courantes, ne concerne pas seulement la population pauvre mais aussi une partie de la population non pauvre.

Au cours des quatre dernières années (2010-2013), il y a une augmentation de la privation matérielle (c’est à dire une augmentation de la population qui, en raison de difficultés financières, est privée d’au moins quatre des biens et des services de base parmi ceux mentionnés ci-dessus).

Cette augmentation est plus forte chez les personnes âgées de moins de 64 ans que chez celles de 65 ans et plus. Plus concrètement, le pourcentage de la population qui fait face à des difficultés financières avec pour résultat d’être privée d’au moins quatre des neuf, en tout, postes de privation matérielle s’élève à 20,3% en 2013, alors que ce chiffre était de 19 5% en 2012, 15,2% en 2011 et 11,6% en 2010.

B. Résultats

La population qui fait face à des difficultés financières avec pour résultat d’être privée d’au moins quatre des neuf, en tout, postes de privation matérielle est:

23,3% des enfants de moins de 18 ans.

35,2% de la population âgée de 18 à 59 ans qui ont terminé leurs études primaires.

21,6% de la population âgée de 18 à 64 ans.

9,4% de la population âgée de 18 à 59 ans ayant achevé des études universitaires.

13,7% de la population âgée de 65 ans et plus.

15,0% de femmes âgées de 65 ans et plus.

12,1% d’hommes âgés de 65 ans et plus.

La moyenne de biens et de services dont est privé l’ensemble des ménages, sur les neuf, en tout, postes de privation matérielle, est estimée à 3,9.
• Les ménages qui font face à des manques d’équipements de base dans la résidence principale, se répartissent par régime de propriété, comme suit:

3,7% des ménages propriétaires de leur logement avec des obligations financières (emprunt, hypothèque, etc.)
■ 6,7% des ménages propriétaires de leur logement sans aucune obligation financière (emprunt, hypothèque, etc.)
■ 9,9% en location
■ 9,6% en logement alloué gratuitement

Le pourcentage de la population qui vit dans un espace exigu s’élève à 27,3% pour l’ensemble de la population, à 22,9% pour la population non pauvre et à 42,0% pour la population pauvre.
• Les ménages qui se déclarent accablés par le coût du logement s’élèvent à 36,9% pour l’ensemble de la population, à 19,9% pour la population non pauvre et 93,1% pour la population pauvre.

41,5% de la population pauvre déclare ne pas pouvoir se nourrir au moins un jour sur deux de poulet, de viande, de poisson ou de légumes de valeur nutritive égale, tandis que le pourcentage correspondant de la population non pauvre est estimé à 4,7%.

79,1% de la population pauvre et 39,1% de la non-pauvre déclare avoir des difficultés à faire face à des dépenses imprévues mais nécessaires d’un montant d’environ 550 euros.

26,6% de la population totale déclare faire face à des problèmes environnementaux dus au voisinage d’une industrie ou à la circulation automobile, tandis que 19,4% de cette même population mentionne comme problèmes le vandalisme et la criminalité dans leur secteur.

Le pourcentage de la population totale qui déclare ne pas pouvoir se chauffer correctement s’élève à 29,4%, tandis qu’il est de 48,6% pour la population pauvre et de 24,3% pour la population non pauvre.

37,4% de la population non pauvre déclare être trop accablée par les dépenses globales de logement, tandis que le pourcentage correspondant pour la population pauvre est estimé à 60,3%.

36,8% de la population ayant souscrit un prêt à la consommation pour l’achat de biens et de services, déclare éprouver trop de difficultés à le rembourser, ou ses intérêts.

57,9% de la population pauvre déclare avoir de la difficulté à régler en temps voulu les factures courantes, comme celles de l’électricité, de l’eau, du gaz, etc. ..

59,0% de la population pauvre signale avoir de grandes difficultés à faire face à ses besoins ordinaires avec son seul revenu mensuel ou hebdomadaire.

Le revenu mensuel net moyen minimum pour faire face aux besoins des ménages du pays s’élève, selon leur déclaration, à 1784€. Les ménages pauvres ont besoin de 1428€, tandis que les ménages non-pauvres de 1879€.

22,8% de la population pauvre, 9,0% de la non pauvre et 11,9% de la population totale ne disposent pas d’au moins une voiture particulière, tandis que 18,1% des ménages pauvres, 9,4% non-pauvres et 11,3% de tous les ménages ne disposent pas d’un ordinateur personnel, même s’ils en ont besoin, en raison de difficultés financières.

 

Source http://left.gr/news/elstat-39-ekatommyria-se-kindyno-ftoheias-kai-koinonikoy-apokleismoy

Pour aller plus loin:

http://www.statistics.gr/portal/page/portal/ESYE/BUCKET/A0802/PressReleases/A0802_SFA10_DT_AN_00_2013_01_F_GR.pdf

Traduction :Frederique Bouvier