ATTENTION ! ILS ONT OUVERT LES CENTRES DE DETENTION ET ILS VOUS ATTENDENT.

getvbtgFile

Par Ioanna Drosou.

Opération paneuropéenne « coup de balai » du 13 au 26 Octobre.

Une vaste opération « coup de balai » à l’échelle européenne sera effectuée à partir du lundi 13 Octobre et pour deux semaines, à l’initiative de Matéo Renzi qui assure pour six mois la présidence du Conseil de l’Europe.

Ce n’est pas la première chasse à l’homme organisée par l’Union Européenne. L’initiative des opérations communes a été prise par la Belgique pour la première fois en 2010. Depuis lors, tous les six mois, une nouvelle opération est organisée, sous la responsabilité du pays qui assure la présidence.

Les objectifs des opérations sont toujours les mêmes: « L’enquête et poursuites, le démantèlement des réseaux des groupes criminels organisés qui facilitent l’immigration illégale, la localisation et l’arrestation des émigrants clandestins, collecte et analyse des informations et des données à des fins informatives ou dans le cadre des enquêtes préliminaires».

Les moyens utilisés sont également toujours pareils: des barrages sont dressés sur les routes, dans les ports, dans les chemins de fer et dans les gares routières. Des milliers d’émigrants sans papiers sont arrêtés et après avoir été enfermés pendant de longs mois sont expulsés vers le pays d’entrée ou vers le pays de leur origine. Donc, aucune avancée positive en matière de politique migratoire. Mais qui s’en soucie?

Gigantesque opération policière.

L’opération policière sous le nom de « mos maiorum » est conduite à l’échelle européenne et sous la tutelle d’Europol, avec la participation de 18000 policiers et de Frontex. Cependant, Frontex semble dépassée par ce type d’opérations qui sont systématiquement qualifiées au stade des bilans d’ « opérations policières », menées à l’intérieur des villes et non pas aux frontières (maritimes ou/et terrestres) de chacun des pays.

Les communautés d’émigrés et les associations antiracistes de toute l’Europe ont publié un communiqué en 12 langues mettant en garde les émigrés sans papiers, jusqu’à la fin de l’opération: [ « Prévenez tous ceux et celles qui n’ont pas de papiers ! Des contrôles sont attendus dans les trains, dans les gares, les aérodromes, sur les routes nationales et à l’intérieur des frontières de l’Europe. »]

La liste des pays qui participeront à l’opération est confidentielle et sera dévoilée le 5 Décembre, au moment de la présentation des bilans, c’est à dire du recensement du nombre de personnes arrêtées.

Le seul pays qui a annoncé sa participation est la Suède, tandis qu’on ignore si la Grèce y participe, puisque jusqu’à présent les autorités compétentes, mais aussi les responsables du ministère déclarent ne pas être au courant.

Réactions au Parlement Européen.

Le groupe européen auquel participe SYRIZA, – GUE/NGL – a publié un communiqué dans lequel il exprime son inquiétude face à l’opération, qui « sape le droit à la recherche d’une protection internationale, au mépris du fait que la majorité des demandeurs d’asile fuient la guerre et l’oppression ». « Cette opération », ajoute-t-il , « permettra uniquement l’ augmentation du nombre d’émigrés détenus dans les centres de détention ».

En même temps la GUE/NGL a envoyé une lettre ouverte au Conseil des ministres de la Justice et des Affaires Intérieurs, appelant les ministres de la Communauté Européenne « à annuler l’opération policière Mos Maiorum et à formuler des propositions concrètes pour remédier à la situation tragique créée en Méditerranée ».

En outre, elle a déposé une question écrite au Parlement Européen afin d’y avoir une réponse pendant le cours des opérations, tout en s’efforçant d’intégrer le sujet dans l’ordre du jour des prochaines séances.

La section des Droits de SYRIZA a publié également un communiqué spécifiant que « SYRIZA soutient la modification radicale du Pacte européen concernant l’Émigration et le Droit d’Asile, qui constitue le « cœur » institutionnel de telles opérations racistes ».

Dans un communiqué ultérieur cosigné avec l’ EKKE de l’Ordre Public, il exige:

1) la modification radicale du règlement Dublin III ,

  1. un projet national adapté aux engagements internationaux concernant le passage en sécurité et l’accueil des flux migratoires ,
  2. la transformation des centres d’accueil fermés et des centres de détention en centres d’accueil ouverts et hospitaliers,
  3. l’utilisation des fonds européens pour le fonctionnement des services ayant pour tâche la gestion des demandes d’asile aux points d’entrée
  4. la suppression de la mesure autorisant la prolongation de détention des réfugiés et des émigrés au-delà des 18 mois et l’interdiction de détention des personnes en état de détresse dans des camps d’internement
  5. l’engagement du ESR (Conseil National de l’audiovisuel) d’imposer des sanctions aux médias qui propagent des informations mensongères, dans le but de l’intimidation de la société grecque et de la diabolisation des réfugiés ».

Des émigrés sans papiers s’immolent par le feu.

Selon le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), en 2014 on observe une augmentation vertigineuse des arrivées (223,22%) par rapport à l’année passée.

Concrètement, jusqu’à fin août, 22.089 personnes sont arrivées en Grèce par voie maritime. Une vague encore plus importante a été enregistrée en Italie, avec 140.000 personnes arrivées depuis l’Afrique du Nord.

Depuis l’année 2000 jusqu’à ce jour, 25.000 personnes ont perdu la vie en essayant d’atteindre l’Europe par voie de terre ou par voie maritime. Selon les chiffres de l’enquête transnationale Migrants Files,(https://www.detective.io/detective/the-migrants-files/), 13.722 migrants sont morts.

Selon l’Organisation Internationale pour les Migrations, depuis Janvier jusqu’à ce jour, on a recensé le chiffre record de 3072 décès en Méditerranée, ce qui fait une moyenne de 8 morts par jour.

Les semaines précédentes, deux émigrés sans papiers se sont immolés par le feu à Bruxelles et à Paris. L’un d’eux, originaire du Liban, s’est aspergé d’essence et a mit le feu pendant la durée d’une manifestation de l’association « La voix des sans papiers ». Le deuxième, originaire du Tchad, s’est immolé à l’extérieur d’un bâtiment public parisien, lorsqu’on lui a annoncé que sa demande d’asile a été rejetée…

traduction : Ptoodorakis.