TERRORISME GOUVERNEMENTAL GREC Reportage de Georges Melingonis.

source avgi.gr::

« Ils vont vider les distributeurs de billets », a déclaré dernièrement Mme Voultepsi, porte-parole du gouvernement grec, considérant que l’épargne des citoyens était menacée par SYRIZA.

Sa déclaration ne s’inscrit pas dans un cadre isolé. Depuis quelques semaines en effet, le gouvernement de A. Samaras se livre à un jeu dangereux contre le pays et contre l’épargne des citoyens, dans sa volonté de jeter de l’huile sur le feu de la bipolarisation politique et de détourner l’attention des révélations inquiétantes sur ses tentatives de soudoyer une majorité pour la prochaine élection présidentielle par des méthodes illégitimes.

Ainsi, Mme S.Voultepsi, – à l’heure même où la Bourse s’effondrait et où les spreads des obligations grecques dépassaient les 7% – , a tenu à nouveau des propos alarmistes au sujet des banques en des termes extrêmes, démontrant que le gouvernement préfère mettre en danger la stabilité du système bancaire pourvu qu’il jette le discrédit sur SYRIZA en faisant courir sur son compte des accusations inventées de toutes pièces.

Deux semaines après la «fuite» selon laquelle, le premier ministre, A. Samaras a dit « si SYRIZA passe, il ne restera plus un euro dans les banques » et la déclaration publique de son ancien ministre vociférant, Ad. Georgiadis, de son intention de «sortir son argent de Grèce si le gouvernement tombait », S.Voultepsi, a remarqué à son tour que: « il s’en faudrait de peu que les distributeurs de billets ferment dans le cas où A. Tsipras gagne et se pose en modèle en Europe ». Parlant à l’émission de radio « Les coulisses de la vie politique », S.Voultepsi a prévu l’effondrement des banques et la course aux guichets dans le cas où SYRIZA arrive au gouvernement et, quand on lui a fait remarquer que «ses déclarations sont sur la ligne de son parti », elle en se référa naïvement aux…banques chypriotes et à la gestion du gouvernement de N.Anastasiadis, frère de croyances de A. Samaras.

SYRIZA dénonce la panique et l’irresponsabilité du gouvernement

SYRIZA a répondu d’emblée et sans nuances au terrorisme concupiscent de la représentante du gouvernement en dénonçant les effets dévastateurs pour le pays du  » mauvais cocktail de la panique et de l’irresponsabilité du gouvernement », constatant « qu’après Mrs. Samaras et Georgiadis, Mme Voultepsi aussi persiste à la fragilisation du système bancaire. Il semblerait que le précédant fiasco gouvernemental ne leur aie pas servi de leçon …Ce n’est pas le pays qui les intéresse , mais seulement leur siège. Ils tremblent à l’idée de le perdre et n’hésitent pas pour cela à recourir à la déstabilisation. Heureusement pour l’économie, malheureusement pour eux, plus personne ne les croit. Ils ne sont pas dangereux , ils sont risibles ».

Vif affrontement en vue de l’élection présidentielle.

Cependant, et alors que Mme Voultepsi poursuivait ses divagations concernant la stabilité du système bancaire avec l’intention de faire diversion, les débats autour de l’élection présidentielle et des tentatives illégitimes du gouvernement de soudoyer une majorité lui permettant d’élire une personne politique selon ses propres convenances, ont été prolongés avec acuité.

D’ailleurs, une enquête préliminaire a été mise en œuvre sur instruction du Procureur de la République [et sollicitée par le gouvernement] avec la convocation du représentant du bureau de Presse de SYRIZA, P. Skourletis [qui a cité des publications relatives à ce sujet] et de l’ancien président du S.Y.N., N.Konstantopoulos qui avait déjà dénoncé dans le passé des pratiques de corruption au niveau du parlement.

P. Skourletis, en parlant sur la radio Sky, a stigmatisé la sensibilité décalée du gouvernement qui s’est senti indigné uniquement par ses propos et non pas par les informations qui circulaient depuis quelque temps dans les kiosques de journaux sur les tentatives en question. «J’aurais d’ailleurs souhaité que le gouvernement montre cette réactivité dès le lendemain de la publication de l’article que j’ai cité. D’autant plus que cet article n’était pas le premier, mais il venait s’ajouter à un autre, signé par M. Konstantopoulos dans le journal « Parapolitika », qui sous-entendait également des pressions exercées sur les députés, afin qu’ils élisent finalement la personne qui serait proposée par le gouvernement. Le fait de citer une publication s’avère donc utile…»

Et maintenant, puisque la justice est intervenue, notre devoir à tous est de l’aider d’accomplir son œuvre» a également ajouté P. Skourletis.

Quant à la question qui lui a été posée sur la personne visée par sa formule «qui se sent morveux qu’il se mouche» il a répondu sans détour: «Le Premier Ministre A. Samaras, qui a été accusé déjà en 1993, et par M. Mitsotakis, d’avoir fait échouer le gouvernement avec des méthodes comparables».

traduction : Ptoodorakis

Une réflexion sur “TERRORISME GOUVERNEMENTAL GREC Reportage de Georges Melingonis.

  1. Pingback: TERRORISME GOUVERNEMENTAL GREC Reportage de Georges Melingonis. | JOURNAL LE COMMUN'ART

Les commentaires sont fermés.