Appel de SYRIZA Paris:Le 15 novembre, nous marcherons avec le collectif « Alternative à l’austérité »

 

SYRIZA Paris invite à manifester avec nous, le 15 novembre, tous ceux et celles qui ne se résignent pas à la politique d’austérité menée en France, en Europe, dans le monde. La Grèce a servi de cobaye, elle est aujourd’hui le triste exemple de ses fruits.

Cette journée est capitale : elle est l’occasion de montrer de façon éclatante à nos dirigeants que le peuple est acteur de son destin, et que son destin ne sera pas dicté par la ligne néolibérale, seul horizon des pouvoirs en place en Europe. Que l’austérité n’est pas le remède à la crise, mais sa plaie, le peuple grec l’a appris à ses dépens : la voie de l’austérité ne peut que précipiter les nations vers une crise d’un nouveau genre. La crise, cause brandie pour contrer toute idée d’un renouveau des pratiques et du personnel politique, s’est métamorphosée, de financière qu’elle était, en crise budgétaire. Aujourd’hui, la politique d’austérité provoque un mouvement de déflation qui risque d’enfoncer l’Europe entière dans la récession.

Il est de la responsabilité de nous tous de rompre cette dynamique dont les effets néfastes se diffusent sur toute l’Europe et l’économie mondiale.

SYRIZA a été aux premières loges de l’expérience grecque qui depuis plus de cinq ans montre au monde les échecs répétés des politiques néolibérales. Les grands pontes de l’austérité continuent pourtant de l’administrer doctement à leur cobaye épuisé, en dépit de tous les résultats empiriques.

Or leur remède amène à la catastrophe sociale : aujourd’hui, un Grec sur trois est au chômage ; un Grec sur trois vit avec moins de 470€ par mois ; 40,5% des enfants grecs, selon l’UNICEF, vivent sous le seuil de pauvreté. Cette irruption brutale en Grèce d’une misère qu’on croyait appartenir au passé, ces enfants qui n’ont pas un repas complet par jour, voilà le résultat des sacrifices infligés depuis plus de cinq ans au peuple grec.

L’austérité s’est montrée impuissante à sortir la Grèce de la crise économique, et ne saura pas mieux faire en Europe. En revanche, elle a ressuscité les forces populistes d’extrême droite qui s’imposent de plus en plus sur la scène politique européenne. Est-il nécessaire de représenter le danger que constituerait l’arrivée de tels partis à la tête des états?

Nous devons dire NON aux politiques d’austérité. En Grèce, en Espagne, au Portugal, en Belgique, partout en Europe, de plus en plus de citoyens se mobilisent contre les politiques néolibérales et se font les acteurs des changements qu’ils rêvent pour le monde.

Le peuple français doit se mobiliser avec toutes ses forces contre l’austérité que les gouvernements successifs renforcent de plus en plus.

Non à une politique, menée par le MEDEF qui permet l’augmentation des dividendes des actionnaires au détriment des salariés, des chômeurs, des pauvres.

Non à la remise en cause des acquis sociaux.

La baisse des dépenses de l’État, la fermeture de services publics, la baisse des prestations de la sécurité sociale, la précarisation des travailleurs, l’acceptation par les pouvoirs publics des la fermeture des grandes usines engagent la France dans l’engrenage désastreux qui est en train de ruiner la Grèce.

«Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont

Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front,

Ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime

Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime. » (Victor Hugo)

Le 15 novembre, soyez de ces marcheurs !

SYRIZA PARIS BANDEROLE  fb