Appel de réfugiés syriens, grévistes de la faim de la Place de Syntagma Athènes

Conférence de presse de réfugiés syriens, vendredi 28/11/2014 à 12h à la Place de #Syntagma à #Athènes .

Appel à l’ ‘appui et la couverture des médias  internationaux

 

C’est depuis mercredi 19 Novembre 2014, que des centaines de #‎réfugiés_syriens sans-abri (familles avec enfants) se sont installés sur la place  #‎Syntagma, en face du Parlement grec, en demandant aux autorités grecques l’asile et un abri.

Depuis lundi 24/11/2014 plusieurs d’entre eux font la grève de la faim !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Conférence de presse de réfugiés syriens, vendredi 28/11/2014 à 12h à la Place de Syntagma à Athènes

Communiqué de presse

Nous, réfugiés de guerre syriens, nous appelons à une conférence de presse vendredi 28/11 à 12h à la place Syntagma pour faire connaître nos demandes pour lesquelles nous avons commencé une protestation à la place Syntagma, devant le Parlement grec. Depuis lundi 24/11 plusieurs d’entre nous font la grève de la faim.

Nous demandons: 

• La solidarité de la société grecque 

• L’appui et la couverture des médias grecs et internationaux pour faire entendre notre voix, et

• Des solutions à nos justes revendications par les autorités grecques et européennes

Nous sommes des réfugiés de guerre, nous revendiquons le droit d’asile, la protection et la dignité dans l’Union européenne, les droits complets et la possibilité de mobilité à travers l’Europe.

Les réfugiés de guerre syriens en lutte et grévistes de la faim de la Place de Syntagma Athènes

 

Communique de SYRIZA Paris : Solidarité internationale avec les réfugiés de guerre syriens en lutte

Cela fait déjà 8 jours que des centaines de  ‎réfugiés syriens sans-abri (et parmi eux des familles avec enfants) se sont installés sur la place syntagma, en face du Parlement grec, demandant aux autorités grecques de leur fournir l’asile et un abri.

Depuis lundi 24/11/2014 plusieurs d’entre eux font la grève de la faim en demandant des  solutions à nos justes revendications par les autorités grecques et européennes.

Leur arrivée en Grèce ne fut pas leur choix, tandis que plusieurs d’entre eux ont essayé au moins une fois à quitter la Grèce.

La loi n. 3907/2011 prévoit la mise en place de structures d’accueil pour les demandeurs d’asile ou les ressortissants des pays en guerre. Ces structures sont financées par le Fonds européen pour les ‎réfugiés et par d’autres programmes de l’UE. Le gouvernement grec, cependant, préfère d’ignorer la loi.

Les structures existantes sont déjà sous-financées ; l’Etat reste indifférent à la création de nouvelles et dépouille les services d’asile et d’accueil existants, lesquels ne peuvent plus répondre aux demandes dans des délais raisonnables !

La guerre civile en Syrie et les combats contre l’ISIS déracinent des centaines de milliers de Syriens. En Europe, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne stipule que les États membres doivent garantir le droit d’asile, comme le prévoit la Convention de Genève. Dans la pratique, cependant, les réfugiés n’ont pas le droit de circulation et d’un établissement décent.

Le gouvernement grec doit répondre aux demandes des réfugiés syriens et prendre des initiatives au niveau européen pour les accueillir dans les pays de l’UE. 

Nous appelons également les citoyens d’Athènes à venir à la PLACE DE SYNTAGMA pour contribuer aux besoins de nourriture, de l’eau et des couvertures. 

Face à la barbarie 

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

27 novembre 2014