Les députés européens de SYRIZA au sujet du gréviste de la faim Nikos Romanos

Traduction Frederique Bouvier

1523410_1499463626993222_1704546588935730586_o

Toute personne a droit à l’éducation et l’accès à la formation professionnelle et continue. Article 14 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne.

Tous les Grecs ont le droit à une éducation gratuite à tous les niveaux, dans des établissements d’enseignement d’état. » Article 16 de la Constitution grecque.

Simplement, sans exceptions ni renvois, les deux textes qui imprègnent la culture démocratique européenne, établissent le droit à l’éducation et garantissent le droit des détenus à poursuivre leurs études grâce à des permissions éducatives. Ce que Nikos Romanos défend, et ce l’État grec lui refuse, mettant en danger son droit même à la vie. Ce même état qui avait payé les balles qui ont jeté dans ses bras, mort, son ami âgé de 15 ans.

Le double rejet de la juste revendication de Nikos Romanos nous met tous face à nos responsabilités. Aucun de nous n’a le droit de garder le silence. Nous défendons le droit inaliénable à l’éducation, celui dont l’État le priver hypocritement, jouant entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. Nous défendons son droit à la vie.
Les lois doivent s’appliquer à tous. Nous exigeons le respect des droits légitimes et juridiquement fondés de tous les détenus.

Les députés européens de SYRIZA

Manólis Glézos
Sofía Sakoráfa
Dimítrios Papadimoúlis
Konstantína Koúneva
Geórgios Katroúgkalos
Konstantínos Chrysógonos


 

 hqdefaultHier Sofia Sakorafa ,eurodéputée de SYRIZA a declaré:
« Depuis cinq ans la Grèce est dirigée par un gouvernement qui agit en violation de la Constitution, des institutions et en annihilant le rôle du Parlement. L’autoritarisme, la répression violente, la violation des droits démocratiques fondamentaux sont ses armes.
Ce gouvernement, le gouvernement de Samaras – Venizelos et leur cohorte prétorienne ont marqué aujourd’hui une étape supplémentaire dans la montée de la violence fasciste: Ils tuent Nikos Romanos afin de dissuader à l’avenir, toute personne qui ose revendiquer ses droits démocratiques fondamentaux.
Le monde politique, les mouvements et les agents sociaux, les enseignants, les élèves et les étudiants, les parents, formons un bouclier de protection de la vie de Nikos Romanos et de notre dignité en tant que société. »

traduction Vasiliki Papadaki