I.Michelogiannakis député de SYRIZA a entamé une grève de la faim avec les réfugiés syriens

Source :avgi.gr

ΜΙΧΕΛΟΓΙΑΝΝΑΚΗΣ

Par Kostas Poulakidas

Le député de SYRIZA Ioannis Michelogiannakis a entamé une grève de la faim avec les réfugiés de guerre syriens à la place de Syntagma Athènes. Le raisonnement derrière cette initiative est d’activer les citoyens avec le slogan «Brisons le canapé».

Sa déclaration est la suivante :

« A l’heure où nous parlons, dans le Parlement on discute de sujets suivants:

  1. Augmentation de 1,5 milliards d’euros aux impôts directs et indirects
  2. Réduction de 1,6 milliards d’euros au budget social
  3. Réductions budgétaires de 340 millions d’euros aux soins de la santé
  4. Réductions budgétaires de 500 millions d’euros dans les hôpitaux publics
  5. Couper  des aides pour les non assurés à la Sécurité sociale  en transformant les 340 millions en 70 millions d’euros
  6. Des coupes de 300 millions d’euros dans l’éducation

  7. Des coupes de 60 millions d’euros dans les collectivités régionales et locales

  8. Réduction de 400 millions d’euros au programme d’investissements publics

  9. Réduction de 831 millions d’euros à la sécurité sociale et de la santé publique

  10. Ils donnent 37 millions d’euros à la culture

  11. Réduction aux impôts des personnes morales

  12. Licencier 190 femmes de ménage après qu’elles aient tellement lutté

  13. Ils laissent mourir le gréviste de la faim Nikos Romanos

  14. Ils laissent  les réfugiés de guerre syriens à la place de Syntagma, qui comptent déjà deux décès.(plusieurs d’entre eux sont en grève de la faim depuis lundi 24/11/2014 )

 

Au moment où tout cela s’effectue, le gouvernement supplie la troïka, qui pousse pour de nouvelles mesures de rigueur, de revenir sur le discussions pour les nouveaux prets  en lui promettant:

  1. De retirer la proposition de réduire 30% du prélèvement spécial de solidarité
  • Imposer une taxe de luxe
  • Augmenter la TVA

  • Geler les pensions

  • Augmenter l’âge de la retraite

  • Supprimer l’allocation de la solidarité sociale pour les retraités (ΕΚΑΣ)

  • Supprimer les retraites complémentaires

  • Ils promettent la privatisation des biens de l’Etat

  • Il s’agit donc des changements nuisibles pour la Boîte à outils de l’OCDE (organisation de coopération et de développement économique) 1,2 et 3

    Nos gouvernants discutent de tout ce qui précède, ils supplient la troïka d’accepter ces qu’ils vont mettre en œuvre, afin qu’elle revienne et discute avec eux la ligne de crédit renforcée. Celle qui implique un autre mémorandum, celui d’entente qui est au-delà de ce qui vient d’être dit ci-dessus.

    Dans ce crime, le gouvernement laisse passer sous silence la déclaration du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu concernante la mise en commun des ressources énergétiques de Chypre, ce qui signifie la liquidation complète de ses biens ,et il le protège en interdisant les manifestations.

    Comme un citoyen grec et non en ma qualité de député, je n’arrive pas comprendre et accepter de tout ce qui précède.

    Par rapport à tous ces raisons, mais aussi pour mettre le peuple en action de créer le slogan «Brisons le canapé», j’ai décidé d’entamer une grève de la faim avec les refugiés Syriens . »

    Source : avgi.gr

    Traduction du grec : Athina Vlachaki