SYRIZA : Le peuple grec est le protagoniste, nous demandons des élections immédiates !

cropped-399201_4514250906904_1995366827_n.jpg

 

Le gouvernement Samaras/Venizelos ayant créé avec sa politique une impasse sans précédent, il accélère aujourd’hui l’élection du Président de la République en annulant tout ce qu’il avait dit jusqu’à hier.

Quoi qu’ils aient répété de manière monotone que l’accélération de l’élection du Président de la République était une proposition de déstabilisation, quoi qu’ils aient insisté que les élections anticipées ne sont pas connectées en aucune façon avec la situation politique de pays, quoi qu’ils aient juré sur le besoin de révision constitutionnelle.

Tous ceux-ci se sont avérés dans un instant comme une lettre vide, parce que la société a complètement délégitimé le gouvernement actuel en conduisant les évolutions. Depuis l’été dernier, une immense vague de protestation contre la sur-taxation de la propriété immobilière, contre la liquidation de biens publics, contre l’autoritarisme croissant et de nouvelles mesures de rigueur, a enserré le gouvernement avec un véritable carcan.

Simultanément la société fait confiance, de plus en plus, aux propositions de SYRIZA, après la présentation de son programme qui a été déjà exposé à Thessalonique et les centaines activités de consultation  à travers du pays, en adoptant la nécessité d’un grand changement au profit  des travailleurs, des chômeurs, des agriculteurs, des PME, des jeunes et des retraités.

Il était clair que le gouvernement minoritaire n’en voulait plus, n’en pouvait plus et personne ne le reconnaît plus le droit de continuer la barbarie et de négocier avec les prêteurs une solution au profit du pays. C’est un peu comme ça que la troïka a demandé de clarifier le paysage politique et le gouvernement a été contraint de s’auto-annuler.

L’accélération de l’élection du Président de la République est une opportunité positive, pour laquelle nous devons nous battre pour  en tirer profit afin d’obtenir aux élections et de mettre un terme à l’austérité et les mémorandums, en ouvrant une nouvelle page pour le pays.

Bien qu’aujourd’hui ils ne disposent pas de 180 voix nécessaires pour élire le Président de la République, car Il y a quelques jours que seulement 155 députés ont voté en faveur de nouveau budget, nous savons qu’ils feront tout, juste et injuste, pour éviter le jugement du peuple grec.

La seule chose qui leur reste est la politique de la peur et de l’intimidation de la société, la création de faux dilemmes et d’une fausse polarisation,  puisque tant le gouvernement que le système économique et médiatique dominant et des forces à l’intérieur et l’extérieur du pays savent qu’ils ont beaucoup à perdre.

Cependant les gens savent maintenant et ne seront pas induits en erreur par des rapports truqués et des grands titres de la peur, des déclarations d’agents étrangers qui vont soutenir leurs partenaires dans le pays en utilisant des scénarios catastrophiques déjà usés.

Le véritable dilemme d’aujourd’hui est:

  • soit avec la résiliation de l’austérité et la perspective à travers du service des besoins sociaux, soit avec la brutalité et la crise,
  • soit avec le «projet politique de SYRIZA », qui a été déjà exposé à Thessalonique, soit avec le régime du mémorandum et les nouvelles mesures de rigueur,
  • soit avec SYRIZA soit avec le gouvernement Samaras/Venizelos.

Aujourd’hui, c’est le temps de la plus large alliance qui va donner la parole au peuple et réaliser leurs espoirs, c’est le temps de plus grand ralliement de la société qui va donner au SYRIZA avec détermination et optimisme une grande et incontestable majorité parlementaire et va se battre avec le gouvernement de la gauche pour obtenir un avenir avec dignité, justice et démocratie.

Le véritable dilemme qui se pose à nouveau est:

  Soit nous soit eux

Traduction du grec: Athina Vlachaki