Les élections les plus cruciales de la transition démocratique en Grèce depuis 1974

21.12.2014

Source : editorial avgi.gr

Nous sommes entrés dans une période pré-électorale. La nouvelle année sera marquée par le mandat populaire pour un changement démocratique. SYRIZA qui est l’épine dorsale  d’une augmentation croissante d’espoir populaire, va transformer la Grèce, jusqu’aujourd’hui le cobaye de l’austérité, en un exemple européen représentatif de la résistance et des politiques alternatives en faveur  de trouver une solution de sortir de la crise. Les créanciers ont déjà reçu ce message. C’est la raison pour laquelle leur comportement s’est différencié par rapport à celui de 2012 où la bataille s’est jouée.

Les prochaines élections sont les plus cruciales depuis 1974. Elles ne sont pas des élections d’alternance, mais elles marquent l’effondrement d’un régime. Elles sont le début d’une nouvelle, populaire et radicale transition démocratique. Le système fermé de pouvoir se trouve en état de panique. L’interrelation d’intérêts qui est responsable de la destruction actuelle du pays, tente de reconstituer le système politique dominant. En utilisant tous les moyens, en divisant les partis avec des défections, avec d’alarmisme ouvert, avec la «reconstruction» des forces politiques, en cherchant des gouvernements extrapolitiques d’un « but spécial » entourés par le manteau de consensus de mémorandum. Ils retirent de la naphtaline des représentants de vieux régimes. Ils se comportent de plus en plus avec une audace indécente comme des caricatures décadentes des jours du gouvernement Berlusconi. Ils recourent même à la corruption politique, comme indique l’annonce de la dénonciation par le député P. Chaïkalis membre du parti des Grecs Indépendants et la tentative du gouvernement  de la pousser sous le tapis. Les perdants d’aujourd’hui, ils s’organisent afin d’obtenir la revanche du demain.

Le contrepoids à ces machinations antidémocratiques, dans les coulisses de l’anomalie, activée en réaction à l’élection présidentielle infructueuse, est l’émergence de SYRIZA avec une forte majorité parlementaire, capable de rallier des forces sociales et politiques plus larges dans un programme de sauvetage sociale et de reconstruction productive du pays. Dans cette nouvelle perspective il n’y a pas de place aux clivages partisans dépassés et aux soupçons idéologiques obsolètes. Les citoyens sont replacés sur la base de leurs intérêts sociaux et ils reconnaissent dans les valeurs et les idées de la gauche, l’avantage moral, l’effort  militant et l’issue politique et réaliste. Les jeunes qui étaient les premières victimes du totalitarisme de mémorandum et ils sont l’espoir nécessaire pour la nouvelle Grèce, sont appelés à jouer un rôle important et essentiel.

Le conflit avec la corruption et l’interrelation d’intérêts consiste une condition non négociable pour que le pays sorte du cercle vicieux de la colonie de dette et retrouve sa crédibilité et la dignité de ses citoyens.

Traduction du grec : Athina Vlachaki