Communiqué de presse commun de SYRIZA, «Initiative des 1000 militants», Organisation Communiste «Anasyntaxis»

Communiqué de presse commun de SYRIZA, «Initiative des 1000 militants», Organisation Communiste «Anasyntaxis»

Samedi 27 décembre 2014

Source syriza.gr

cropped-399201_4514250906904_1995366827_n1.jpg

Aujourd’hui, le samedi 27 décembre 2014, a eu lieu une rencontre commune des partis et organisations : SYRIZA, «Initiative des 1000 militants», Organisation Communiste «Anasyntaxis», pendant laquelle ont été débattues les récentes évolutions politiques et les devoirs de la Gauche [de combat et de transformation sociale]

 

Il a été d’un commun constat qu’il faut renverser le gouvernement de cohabitation de Nouvelle Démocratie et PASOK, annuler les memoranda et mettre en œuvre une politique favorable au peuple. Egalement que,face à l’échéance des élections législatives du 25 janvier, la Gauche [de combat et de transformation sociale] doit livrer bataille de manière commune et unitaire, contre le désastre social engendré par les politiques de la Troïka, des classes dirigeantes européenne et grecque et du gouvernement [grec]. Ceci [doit se faire] nonobstant les différences idéologiques, politiques et de programme, présentes dans les rangs de la Gauche [de combat et de transformation sociale].

 

Lors de la rencontre des délégations [de ces partis et organisations] il y a eu accord sur une série de points, dont les suivants :

 

  1. Le besoin d’annuler les memoranda et les lois qui les mettent en œuvre.
  2. La non soutenabilité de la dette souveraine qui agit aujourd’hui comme un nœud coulant autour du cou du peuple grec. Au sujet de la dette il y a des approches différentes mais pas contradictoires.
  3. Le constat qu’un futur gouvernement de Gauche doit satisfaire, par procédures de toute urgence, des demandes du mouvement ouvrier et populaire, notamment :

 

  • Rétablir le droit du travail et les Conventions Collectives au niveau de 2009, accorder des augmentations de salaires et de retraites, rétablir le salaire minimum, mettre en œuvre des mesure pour soulager les chômeurs.
  • Abolir toutes les mesures fiscales iniques et de surtaxation, protéger la première résidence des familles travailleuses et populaires des [procédures de saisie par les] banques et le Trésor Public, procéder au règlement des dettes des travailleurs indépendants et des artisans.
  • Stopper la répression judicaire et policière des mobilisations, grèves, rassemblements, marches du mouvement populaire.
  • Soutenir et développer par le budget de l’Etat le système de protection sociale, son caractère redistrubutif, social et public ainsi que les [systèmes de] santé-prévoyance-éducation publics.
  • Prendre des mesures pour la sanction exemplaire de tous ceux, personnels politiques, administratifs et les capitalistes, qui sont responsables pour la dilapidation de l’argent public, la corruption, le bradage du patrimoine public.

 

Sur la base des [points énumérés] ci-dessus les délégations se sont mises d’accord pour l’effort commun de coopération de la Gauche [de combat et de transformation sociale] et pour la mise en action du mouvement des masses, seul garant pour la mise en œuvre d’une politique radicale de gauche pour une sortie de la crise.

Traduction E. Kosadinos