La victoire de SYRIZA fait naître l’espoir dans la gauche radicale française

avgi.gr

Ce diaporama nécessite JavaScript.


22.01.2015 Reportage: Modestos Siotos
C’est un message d’espoir pour le changement, non seulement en Europe mais aussi au sein de la gauche française, qu’a apporté le grand meeting de soutien à SYRIZA et au peuple grec, lundi soir à Paris, en réunissant plus de 1500 personnes. Partis, organisations et syndicats ont participé ensemble à une manifestation de soutien à SYRIZA, qui a réuni, après des années, toutes les composantes de la gauche française, depuis l’aile gauche du Parti socialiste au pouvoir et EELV (Europe Écologie Les Verts) jusqu’à la gauche non parlementaire . Comme l’a déclaré, en plaisantant, au journal Le Monde Eric Coquerel, coordinateur général du Parti de Gauche, « vous avez en face de vous le futur gouvernement de la France. »
Espoirs d’un dépassement
Le soutien ouvert à SYRIZA d’EELV (Europe Écologie Les Verts), qui depuis l’été a pris ses distances avec le gouvernement Hollande, ouvre de nouvelles perspectives pour la réunification des forces de la gauche française qui rejettent le gouvernement socialiste. « J’ai un double sentiment ce soir, le premier c’est d’être à ma place au milieu de vous, ensemble, […] le deuxième c’est un sentiment d’urgence », déclare Cécile Duflot, l’une des leaders d’EELV (Europe Écologie Les Verts).
Sur la même longueur d’onde également le Secrétaire général du Parti Communiste Fançais, Pierre Laurent, qui voit dans ce rassemblement en faveur de SYRIZA l’occasion pour la gauche française de dépasser globalement ses divergences: « La victoire hautement probable de SYRIZA aux élections de dimanche fait naître de grandes attentes et de l’espoir, non seulement pour les Grecs, mais aussi pour nous. Nous devons par tous les moyens réussir à ouvrir une fenêtre d’espoir pour le peuple français », a déclaré Pierre Laurent à Avgi, ajoutant que » le rassemblement d’aujourd’hui n’est pas seulement un rassemblement de solidarité envers SYRIZA, mais surtout un appel à une action politique pour nous aussi ». Le leader du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré dans son allocution, que « commence pour nous une nouvelle saison en Europe […] une page va se tourner, […] notre libération commence», tout en appelant une fois encore les forces de gauche et les syndicats à se joindre à la lutte « de SYRIZA et du peuple grec. »
Sur les traces de SYRIZA
Cadres et simples membres de la gauche française se sont déclarés émus qu’un parti de la « vraie gauche » en Europe, comme ils disent, arrive en tête d’élections. »Sont venues ici généralement des forces de toute la gauche et le plus impressionnant et le plus émouvant pour nous ce sont ces gens, jeunes ou moins jeunes, qui se sont rassemblés ici avec espoir, nous sommes l’espoir de l’Europe », nous a dit Georgios Katrougalos, député européen de SYRIZA, qui a clôturé le meeting, sous les chaleureux applaudissements des personnes présentes.
Pour Anne Collienne, retraitée, la victoire de SYRIZA en Grèce signifie l’espoir avant tout que le Front de Gauche français puisse aller aussi loin que SYRIZA. « Je me demande si le peuple français doit en arriver au même point que le peuple grec pour réagir », nous dit-elle, expliquant que les Grecs sont tombés dans le piège de l’emprunt aux Européens, qui « gagnent de l’argent avec ce qu’il vous prêtent. »
Pour Florian, 22 ans, étudiant en science politique à la Sorbonne, les développements en Grèce « prouvent qu’il n’y a pas qu’une seule politique possible, comme nous le dit depuis des années la classe politique dans le pays. » Florian pense que l’Europe est en train de changer, faisant référence aussi à l’Espagne et à Podemos, qui, nous a-t-il dit, « nous inspire comme vous nous inspirez vous aussi », en se référant à SYRIZA.
L’initiative de l’organisation de cet événement est venue, au début du mois, de SYRIZA-Paris qui appelé nombre de collectifs, d’organisations et de syndicats en rapport avec la gauche, pour entreprendre des actions de solidarité avec le peuple grec en vue des élections. « A la réunion du 6 janvier avec les organisations de la gauche française pour organiser ce meeting, sont venues plus de quatre-vingt dix personnes, alors que nous n’en attendions même pas la moitié », nous explique Vangelis Goulas, coordinateur de SYRIZA-Paris. « SYRIZA fonctionne comme un ferment pour la gauche française. Qui met SYRIZA en avant pour surmonter ses divergences ».