Communiqué unitaire de soutien à la gauche radicale grecque

Soutenons le droit du peuple grec à prendre en main son destin

Lors des élections législatives du 25 janvier 2015 en Grèce, la démocratie et le combat pour la justice sociale peuvent progresser à nouveau.

C’est après  près de cinq années d’austérité imposée par la « troïka »  ( la Commission Européenne, la BCE et le FMI), qui ont conduit le pays à un désastre économique et social sans précédent, que les Grec-ques sont appelé-es à ce vote historique.

Ce vote pourrait se traduire par un désaveu des politiques austéritaires qui ont été appliquées et la victoire de Syriza, mouvement de la gauche radicale grecque.
Cette victoire de SYRIZA ouvrirait la voie à la fin de la politique néolibérale d’austérité mise en oeuvre par les gouvernements grecs et à la tutelle de la Troïka.

Comme le montrent les manifestations massives au Portugal, en Espagne et plus récemment en Italie, ou la grève générale en Belgique, l’injonction faite aux populations de rembourser des dettes illégitimes aux détenteurs de capitaux, ce au prix de la destruction des acquis sociaux ne passe plus. Ces recettes néolibérales sont maintenant massivement rejetées.

Aussi nous soutenons l’exigence portée par Syriza d’annulation de la plus grande partie de la dette publique. S’impose la nécessité d’un audit citoyen de l’ensemble des dettes souveraines en Grèce, mais aussi en France et dans le reste de l’Europe, audit que sommes nombreux à avoir porté depuis 2011.

C’est au peuple grec de prendre en main son destin. Nous nous opposons fermement à toutes les tentatives actuelles d’ingérence dans la vie politique grecque de certain-es dirigeant-es européen-nes.

Nous dénonçons également les tentatives de désinformation dans de nombreux médias qui ignorent la misère en Grèce, distillent le mépris pour le peuple grec et pour Syriza.

Nous vivons un moment historique. L ’arrivée au gouvernement de la Grèce d’une force de rupture avec l’austérité, Syriza, pourrait ouvrir la voie à un bouleversement politique à l’échelle européenne.

Signataires:

Syndicat de la médecine générale, Union syndicale de la psychiatrie, Dominique Leblanc (ATTAC Poitiers),

Myriam Rossignol (Ensemble), Christiane Fraysse (Osons), Yves Jamain (PCF), Séverine Lenard (PG), Alexandre Raguet (NPA).