Discours de victoire d’Alexis Tsipras

10942740_930234053661544_4665837148005534564_nCitoyens d’Athènes Aujourd’hui le peuple grec a écrit l’histoire, l’espoir a écrit l’histoire. Le peuple souverain grec a délégué [à ses élus] un mandat clair, fort, et formel. La Grèce tourne la page. La Grèce laisse derrière elle la politique désastreuse de l’ austérité, elle laisse derrière elle la peur et l’autoritarisme. Elle laisse derrière elle cinq années d’humiliation et de détresse. Et elle avance à nouveau confiante, avec l’espoir, avec dignité avec sérénité vers une Europe qui change.

Et SYRIZA, vous et SYRIZA, notre peuple, nous sommes l’exemple de cette Europe qui change. Notre peuple, notre pays a franchi le pas historique, le premier pas, le pas qui l’amène vers l’assemblement avec les peuples de toute l’Europe. Aujourd’hui nous nous réjouissons et nous fêtons. Et dès demain nous nous mettons au travail; qui sera difficile. Le verdict du peuple grec brise de manière non équivoque le cercle infernal de la politique de rigueur pratiquée à notre pays. Le verdict du peuple grec, votre verdict, annule de manière non équivoque les désastreux mémorandums de l’austérité. Le verdict du peuple grec enferme la troïka au passé de notre expérience européenne. Nous sommes pleinement conscients que le peuple grec ne nous a pas donné aujourd’hui carte blanche, mais il nous a délégué le mandat d’accomplir la renaissance nationale et le rétablissement de la cohésion sociale du pays. Nous serons dignes de la confiance du peuple et nous formerons un gouvernement qui représente l’ensemble du peuple grec. Nous construirons des liens de confiance avec tous les citoyens en dehors de tout clivage politique.

Nous combattrons tous ensemble pour reconstruire notre pays sur des nouvelles bases solides, guidés par les principes de la justice et du progrès. Aujourd’hui amies et amis, citoyens d’Athènes, il n’y a pas des vainqueurs et des perdants parmi les citoyens. Aujourd’hui a été battue la Grèce des oligarchies, la déviation des règles démocratiques, la Grèce de l’iniquité et de la dissimulation. Aujourd’hui le vainqueur est la Grèce du labeur, la Grèce du savoir, de la création et de la civilisation. Le vainqueur est la Grèce qui espère, qui demande de reconstruire son avenir dans la dignité.

Amies et amis,

je tiens à vous remercier chaleureusement chaque grec qui a participé à cette élection. Mais avant tout, je tiens à remercier tous ceux et toutes celles – qui sont des milliers partout en Europe et qui sont venus même ici avec les délégations étrangères – qui ont créé cette extraordinaire vague de soutien, pour leur solidarité avec le peuple grec. Notre victoire est aussi la victoire de tous les peuples européens qui luttent contre l’austérité qui détruit notre avenir européen commun. Ayant comme objectif l’intérêt commun de tous les peuples de l’Europe, je veux vous assurer que le nouveau gouvernement grec sera prêt à coopérer et ànégocier pour la première fois avec nos partenaires, afin de trouver une solution juste, mutuellement bénéfique et viable, afin que la Grèce brise le cercle vicieux du surendettement, afin que l’Europe revienne vers la stabilité, la croissance, la cohésion sociale et vers ses valeurs et ses principes fondateurs, la démocratie et la solidarité. Dans ce [nouveau] dialogue sincère et loyal, dans cette [nouvelle] négociation substantielle, la Grèce, je veux vous l’assurer, viendra avec ses propres propositions solidement motivées, avec son propre projet national de réformes et de changements radicaux, avec son propre plan budgétaire pour les quatre années à venir, sans nouveaux déficits mais aussi sans excédents impraticables. Elle présentera ses propres propositions sur la dette et son propre plan pour l’investissement et la reconstruction productive.

Amies et amis,

le nouveau gouvernement grec démentira tous ceux qui jouaient les Cassandre à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Il n’y aura pas de rupture catastrophique mais il n’y aura pas non plus de consentement pour la poursuite d’une politique d’assujettissement. Une grande opportunité se présente devant nous d’ un nouveau départ pour la Grèce et pour l’ Europe. Pour une nouvelle politique, pour un nouveau paradigme de relations fondées sur la confiance, le respect mutuel, la solidarité et la responsabilité. Amies et amis, notre priorité dès demain sera l’apaisement et la cicatrisation des grandes plaies de la crise. Notre priorité sera la restauration de la souveraineté populaire et de la justice. Notre priorité sera la rupture avec les intérêts établis et les pathogénies qui sévissent depuis des décennies en Grèce. Notre priorité sera la rupture avec la collusion des intérêts privés et la corruption. Notre priorité sera l’entreprise des réformes radicales concernant l’organisation de l’État, de l’administration publique, des réformes globales. Mais notre priorité principale est de rétablir la dignité de notre pays et de notre peuple. C’est cela le message de la victoire d’aujourd’hui remportée par notre peuple. Nous retrouvons l’espoir, nous retrouvons le sourire, nous retrouvons l’optimisme, nous retrouvons la dignité perdue de notre peuple. Je veux adresser tous mes remerciements à vous toutes et à vous tous qui avez mené ce combat formidable partout en Grèce. Vous l’avez mené avec confiance, avec passion, avec optimisme. Vous avez pris l’espoir dans vos mains et vous l’avez levé bien haut. Plus haut que la peur. Vous avez redessiné le sourire à tous les visages grecs. Et je vous invite, en ce moment historique et pendant que toute l’Europe et le monde nous écoutent, à affirmer et à promettre que nous allons continuer notre combat avec la même passion, avec la même confiance.

En avant, donc! Nous allons continuer ce long, difficile et beau combat. En avant! Aidons tous à faire lever le soleil sur la Grèce! En avant, pour faire lever le soleil de la justice, le soleil de la démocratie, le soleil de la dignité. Nous réussirons. Ensemble, nous irons de l’avant et nous réussirons. A bientôt!

Traduction:Vassiliki Papadaki