Alexis Tsipras à Reuters: « Je reste résolument optimiste quant à un accord d’ici la fin du mois »

aleksis-tsipras1423852361 (2)

Déclaration du Premier ministre Alexis Tsipras à l’agence de presse internationale, qui mentionne, entre autres, les quatre points de désaccord politique mais qui souligne aussi sa conviction que « l’Europe ne choisira pas la voie d’un obscur et immoral chantage financier, mais la voie qui surmontera les différences ».

Ci-dessous la déclaration complète d’ Al. Tsipras:

Le gouvernement grec travaille durement dans tous les domaines spécifiques de la négociation, tant à Bruxelles qu’à Athènes, afin de trouver une solution mutuellement avantageuse, un compromis honorable avec nos partenaires. Un compromis qui respecte à la fois le récent mandat populaire mais aussi le cadre de fonctionnement de la zone euro.

Les points de convergence et de contact entre les deux parties sont déjà nombreux et constituent le cadre dans lequel évoluera notre accord.

Par rapport au départ, de remarquables progrès ont été accomplis sur une série de questions relatives à l’amélioration du mécanisme de recouvrement fiscal et au renforcement de son autononomie, à la lutte contre la corruption, à l’efficacité des services administratifs, mais aussi sur des interventions fiscales qui assureront un excédent primaire adéquat pour l’année en cours sans en faire peser le poids sur la majorité sociale mais en le répartissant sur ceux qui ont indéniablement une capacité élevée de contribution à l’impôt.

Il reste, bien sûr, quatre points de désaccord dans les domaines des relations du travail, de de la sécurité sociale , de l’augmentation de la TVA mais aussi de la philosophie de valorisation des richesses publiques. Je veux être clair: il ne s’agit pas ici d’une impossibilité d’approche technique mais d’un désaccord politique, qui, cependant, était connu à l’avance au point qu’on reconnaissait et qu’on continue à reconnaître que le compromis que nous recherchons respectera le mandat du peuple grec tel qu’il a été clairement exprimé lors des élections de janvier.

Malgré les cacophonies et les fuites extravagantes et les déclarations ces derniers jours de l’autre partie, je reste résolument optimiste quant à un accord d’ici la fin du mois. Parce que je sais que l’Europe a appris à vivre avec ses divergences, à faire des avancées et à progresser.

Je suis convaincu que l’Europe des traditions démocratiques et des Lumières ne succombera pas aux voix extrêmes de certains, ne choisira pas la voie d’un obscur et immoral chantage financier, mais la voie qui surmontera les différences, la voie de la stabilité et du respect mutuel, par dessus tout dans la démocratie, pour le bien de notre avenir européen commun.

Traduction Frédérique Bouvier