META Santé : le 12 mai, journée mondiale de l’infirmier(e)

(META, Front de Classe des Ouvriers et salariés pour le Renversement, est une organisation syndicale nationale et interprofessionnelle issue de la mouvance proche à SYRIZA)

Source: https://nomarxiakhygeiassyriza.wordpress.com/author/nomarxiakhygeiassyriza/

Nous poursuivons la lutte pour le rétablissement et l’élargissement de nos droits en Grèce.

Le 12 mai, journée mondiale des Infirmier(e)s, rend visibles pour encore une année mes problèmes accumulés de la profession, consécutifs à la dévalorisation et la dégradation que les politiques néolibérales nous ont imposé pendant les dernières décennies. Le personnel soignant du pays, malgré sa contribution décisive au maintien debout du système Public de Santé, a reçu des coups de la part des politiques inspirées par les memoranda et leurs mesures annexes visant les travailleu(ses)rs.

En dépit de cela, les Infirmières et Infirmiers continuent à offrir des services spécialisés et de qualité, centrés sur l’humain, partout où elles(ils) se trouvent avec abnégation et désintéressement.

Pendant la période des memoranda les Infirmières et Infirmiers grec(que)s ont vu :

–          leurs salaires se réduire, leurs droits aux assurances et à la retraite s’amputer, l’âge des retraites augmenter, les retraites diminuer de façon drastique

–          les horaires de travail s’allonger, les rythmes de travail s’intensifier à cause du manque d’embauches et de la diminution des ressources humaines en service dans les Hôpitaux, l’introduction de conditions flexibles promue en solution de fortune

–          les mesures d’hygiène et de sécurité être considérées comme un luxe, la médiocrité et le clientélisme devenir régime généralisé, la non reconnaissance et la dévalorisation de leur travail colossal le traitement qui leur était réservé

Tout cela a eu comme conséquence la dégradation de leur condition matérielle, des horaires exténuants, l’accumulation de milliers de jours de récupération dus, la privation du droit au repos, la désorganisation de leur vie familiale et sociale.

En dépit de cela et de la grisaille ambiante, les Infirmières et Infirmiers avec les autres travailleu(se)rs de la Santé n’ont pas courbé la tête. Ils ont participé de manière décisive  à toutes les luttes majeures qui se sont développées. Ils (elles) ont résisté et ont ouvert la voie pour le renversement de ces politiques. Ils (elles) ont joué un premier rôle au maintien debout du système Public de Santé contre les attaques qu’il a subi de la part des politiques des memoranda. Ils ont participé de manière décisive à la lutte victorieuse de tou(te)s les travailleu(se)rs du secteur Public contre les simulacres d’évaluations de compétences. Ils se sont opposé et ont fait face aux menaces des prétendus représentants de la profession, œuvrant comme le bras long des forces des memoranda et des officines ministérielles. Ils (elles) ont participé à toutes les luttes qui ont résulté au changement politique dans notre pays, à la renaissance de l’espoir et la remontée du moral de notre peuple.

Aujourd’hui, avec un nouvel élan et de nouvelles forces, toutes et tous les Infirmières et Infirmiers dans tous les lieux de travail, publics ou privés, se saisiront du besoin de mettre en avant la dynamique de l’unité et du nombre de notre profession. Nous contribuerons encore une fois par notre participation aux luttes majeures des travailleu(se)rs pour apporter des solutions au problèmes cumulés du secteur de la Santé et de la profession.

Nous tiendrons un premier rôle dans la constitution un large front de résistance de notre peuple, face aux chantages des cercles dominants de l’UE et des usuriers internationaux qui réclament la poursuite des politiques des memoranda, prouvées désastreuses pour nos droits.

Rassemblés dans nos syndicats, la tête haute, ensemble avec tou(te)s les travailleu(se)rs de la Santé nous poursuivons la lutte et les revendications d’intérêt général en faveur de :

 

ü  Une Santé Publique gratuite avec un accès égal, libre, à temps efficace, de haut niveau pour toutes et tous

ü  L’augmentation du financement des Hôpitaux pour couvrir leurs besoins de fonctionnement

ü  Des embauches de personnels titulaires, la provision de tous les postes réglementaires vacants, la pause de la flexibilisation du travail et de l’utilisation d’équipes du privé, le respect des normes internationales des ratios d’encadrement des départements et services.

ü  L’évolution salariale sans entraves, la dissociation des salaires du grade. La revalorisation des salaires à travers un nouveau code unifié des salaires dans la fonction publique, qui garantira une vie digne et les spécificités de la profession.

ü  Un système moderne de promotion des cadres, basé sur les compétences et l’expérience, la fin des nominations clientélistes et partidaires.

Plus particulièrement, nous insistons sur la résolution de questions directement liées à la profession et qui constituent le socle des solutions aux problèmes auxquels elle est confrontée.

Ø  La revalorisation et la reconnaissance du rôle des Infirmières et Infirmiers et des autres professionnels de la santé dans le système. Le fonctionnement des équipes de soins dans le but de la mise en place d’un soin global pour les patients. La participation de la profession à tous les niveaux des instances décisives.

Ø  Le rétablissement immédiat de la journée des 7,5  heures (sept et demie), dans la perspective d’une davantage diminution de l’horaire réglementaire de présence et de la mise en place d’une 4ème équipe.

Ø  Des mesures de protection de la maternité et de l’enfance. L’allongement des congés de grossesse, d’accouchement et de maternité, des facilités pour les mères au travail, le développement de crèches.

Ø  La diminution de l’âge de la retraite en application de clauses de pénibilité et d’insalubrité, l’abrogation des lois qui démantèlent les assurances.

Ø  L’application de la législation concernant la rotation des équipes dans le but d’humanisation des horaires de travail. Le traitement égal de tou(te)s les salarié(e)s au planning et la lutte contre les arbitraires.

Ø  L’augmentation de la rémunération horaire pour le travail de nuit et de dimanche, avec en perspective son doublement.

Ø  L’application immédiate des lois sur l’hygiène et la sécurité, la protection individuelle, l’octroi de moyens techniques.

Ø  La création d’une direction des Soins au Ministère de la Santé, en charge de traiter les problèmes liés aux Soins de manière immédiate et responsable.

Ø  La garantie des droits professionnels, la rédaction d’un code de compétences et de devoirs, la protection juridique des professionnels de Santé face aux attaques injustes subies.

Ø  Le changement du cadre de l’enseignement dans le but d’inverser la fragmentation de la profession. Un seul degré d’études infirmières au sein de l’Université et la revalorisation substantielle du niveau d’études.

Ø  L’organisation de la formation et de la réorientation par les Hôpitaux et le Ministère et non par les laboratoires pharmaceutiques.

Ø  Le changement du système d’élections et de  représentation des Infirmières et Infirmiers au sein de leur organisation professionnelle. Le fonctionnement réellement démocratique de l’Association Hellénique des Soins (ENE)

LE 12 MAI NOUS DELIVRONS LE MESSAGE DE LA CONTINUATION DE LA LUTTE

Le Secrétariat de META Santé

Traduction: Emmanuel Kosadinos