Le gouvernement grec: Pourquoi nous avons rejeté les propositions des créanciers

Dans une mise au point publiée il y a quelques minutes, le gouvernement grec présente ce qu’est exactement la proposition finale des institutions et explique pour quelles raisons il l’a rejetée

1.La proposition des institutions au gouvernement grec était de faire voter immédiatement de lourdes mesures de récession [qui frapperont aussi le réseau social du pays déjà traumatisé] comme condition au financement sur cinq mois, pourtant jugé totalement insuffisant. Si cette proposition était acceptée par le gouvernement et le Parlement, les citoyens et les marchés devraient s’attendre à cinq mois supplémentaires de contraction de l’économie, ce qui conduirait à une autre négociation en condition de crise. C’est une des raisons pour lesquelles la proposition des institutions ne peut être acceptée.

  1. 2. En ce qui concerne le déficit de financement des cinq prochains mois, la proposition des institutions porte sur 12 milliards d’euros par les institutions européennes [FESF(Fonds européen de stabilité financière) et la restitution des bénéfices de la BCE provenant des obligations SMP*] plus 3,5 milliards par le FMI [restituion toutefois improbable, comme expliqué plus bas), soit au total 15,5 milliards d’euros.
  1. 3. Plus concrètement, la proposition présentée hier lors de l’Eurogroupe, au ministre des Finances est la suivante/se décompose comme suit:

a. Dans les prochains jours seront restitués les bénéfices de la BCE sur 2014 provenant de l’achat et de la vente des obligations du programme SMP [que les partenaires en faveur de la Grèce conservent six mois] d’un montant de 1,8 milliards d’euros – montant qui sera donné le 30 Juin, en même temps que 100 autres millions d’euros provenant des économies de l’Etat, au FMI.

b. Mi-juillet le FESF « donnera » à notre pays 4 milliards. euros au total. Dont 1,8 milliard provenant de la dernière tranche du 2ème prêt de mémorndum plus 2,2 milliards d’euros qui proviendraient pour partie des 10,9 milliards du FSF – argent qui, il faut le rappeler, avait été prévu exclusivement pour un refinancement éventuel des banques. Sur ces 4 milliards, 3,5 milliards seront restitués à la BCE pour le remboursement d’une obligation du programme SMP, arrivée à échéance, tandis que les 500 millions restants seront mis à la disposition du CRSN(Cadre de référence stratégique national) [partie d’un financement national].

  1. c. Début août, 4,7 autres milliards d’euros seront détachés des 10,9 milliards d’euros du FSF [il reste désormais dans les caisses peu d’argent dans le fonds pour les banques] pour rembourser l’autre obligation du programme SMP de la BCE.
  2. d. Enfin, en octobre, 1,5 milliards d’euros provenant de l’achat et de la vente des obligations du programme SMP [de transaction programme d’obligations SMP] sera reversé au FMI.
  1. 4. Les montants ci-dessus sont considérés comme insuffisants dès lors que rien n’est envisagé concernant les montants de l’État grec a versés aux créanciers [principalement au FMI], sans avoir encaissé même un euro des créanciers, depuis au moins un an, avec pour résultat la création d’arriérés d’emprunts et une augmentation des accords de rachats.
  1. 5. La proposition ne prévoit ni un fonds de réserve minimal pour le secteur public grec, ni même les remboursements futurs du FMI, question d’importance capitale, étant donné le refus du FMI d’effectuer les versements prévus dans l’accord de prêt alors qu’il considère que la dette publique grecque n’est pas viable.
  2. 6. Il devient évident que la proposition des institutions, même sans prendre en compte les mesures de récession et socialement destructrices prévues, laisse un important déficit de financement pour les cinq mois de prolongation qu’elle prevoit, tandis que, et c’est ça le plus inquiétant, elle conduit avec une précision mathématique vers une nouvelle et âpre négociation et un nouveau mémorandum dévastateur à la fin de l’année.
  3. 7. Le gouvernement a déposé une proposition calculée d’aménagement de la dette et de résolution du problème de financement [par exemple par le transfert de facto de la dette à la BCE au MES(Mécanisme européen de stabilité)], proposition que les institutions ont refusée. Le gouvernement n’a pas de mandat populaire, ni le droit moral de souscrire un nouveau mémorandum.

*SMP = Securities Markets Programme ou Programme de sécurisation des marchés = programme d’achat d’obligations d’État par la BCE

traduction Frédérique Bouvier